Soldes flottants : quelles conséquences ?

Modification du calendrier des soldes depuis le 1er janvier

La loi Pinel entrée en vigueur au 1er janvier apporte une modification très attendue au calendrier des soldes. Après une année décevante, est-ce que le nouveau système aidera les franchisés du secteur de la mode à sortir la tête de l'eau ? Détails.

Une nouvelle réglementation pour 2015

Les périodes de soldes autorisées et les marchandises concernées par ces soldes sont définies par l'article L310-3 du Code de commerce. Pour ce texte, les soldes sont des périodes de ventes accompagnées ou précédées de publicité et tendant à l'écoulement accéléré des stocks grâce à une réduction des prix. Le calendrier des soldes, récemment défini par la loi du 4 août 2008 de modernisation de l'économie (LME) avait raccourci les périodes des soldes d'été et d'hiver à cinq semaines chacune, et ajouté deux semaines de soldes flottants. Ces périodes pouvaient être déclarées par les commerçants sous certaines conditions.
À partir de cette année, le calendrier des soldes est à nouveau modifié par la loi du 18 juin 2014 relative à l'artisanat, au commerce et aux très petites entreprises (dite loi Pinel). Ainsi, la durée des deux périodes fixes est à nouveau de six semaines. Les soldes d’hiver ont lieu du mercredi 7 janvier au mardi 17 février 2015 inclus et les soldes d’été seront organisés du mercredi 24 juin au mardi 4 août 2015 inclus .

Des soldes d'été décevants en 2014

Dès le dernier week-end de juin, les commerçants du textile l'annonçaient : les Français ne dépensent plus pendant les soldes. 56 % des commerçants membres de la Chambre de commerce de Paris déclaraient le résultat peu ou pas satisfaisant. Un chiffre qui atteignait les 66 % en régions. Plus de 70% d'entre eux avaient constaté une baisse de 10 % de leur chiffre d'affaires par rapport à l'année précédente.
Montée en puissance de l'e-commerce, budgets de crise, etc. les responsables sont tous trouvés. Mais avec ces causes, il faut pointer du doigt l'organisation des soldes. Les soldes flottants étaient accusés de créer la confusion en donnant l'impression au consommateur qu'il y a toujours des promotions quelque part.

Les commerçants étaient contre

Trop de soldes tuent les soldes. C'était en quelque sorte le raisonnement des commerçants qui demandaient début 2013 qu'on supprime les soldes flottants. La CCI France (Chambre de commerce et d'industrie), la CDF (Confédération des commerçants de France) et le CGPME (Confédération générale des petites et moyennes entreprises) s'était réunis pour demander aux pouvoirs publics de revenir aux système des soldes saisonniers.
Un rapport publié par le Credoc en juillet de la même année préconisait lui aussi la suppression des soldes flottants. Parmi les constatations avancées, le délai d'un mois de déclaration préalable à la sous-préfecture était trop long, et les périodes de soldes flottants se trouvaient accolées aux soldes d'hiver ou d'été, ce qui revenait au même. Enfin, le rapport précisait que les soldes flottants n'avaient pas entraîné de hausse sur les niveaux de ventes annuels.
Derniers articles de la rubrique